Mystery dévoilé


Les Clefs Relle

illustration mystery

Traumatisée par le film Après la pluie de Takashi Koizumi,  dont le seul souvenir que je garde est celui d’un ennui mortel au point de me faire frôler le trépas, j’ai un a priori tout négatif concernant le cinéma asiatique dans son intégralité. Heureusement, In the Mood for love de Wong Kar Wai et le Roi des masques de Wu Tianming m’ont, par leur beauté, incitée à combattre ce puéril rejet d’une culture qui bientôt dominera le monde.

Il s’avère que justement, le Forum des images organise en ce moment même un cycle sur le cinéma chinois, De Pékin à Taipei, 1000 visages de la Chine.

 

Fidèle à moi-même et à mes goûts, je n’avais pas la moindre intention d’y mettre les pieds. Mais une amie et collègue m’a convaincue de l’accompagner (son principal argument était le bar qui suivrait le film). J’ai cédé. Et ce fut pour mon plus grand bien !

Nous sommes donc allées voir en avant-première Mystery, de Lou Ye.

La salle était bondée, et j’ai beau avoir passé le film assise sur des marches inconfortables au possible, je n’ai pas vu le temps passer.

 

Inspiré du journal intime d’une femme publié sur le web, le scénario est d’abord classique : Yongzhao, marié, un enfant, trompe sa femme, Lu Jie, avec une autre. Celle-ci le découvre mais se tait, dévorée par la jalousie et par un désir naissant de vengeance.

Puis, sans rien vous dévoiler, la situation empire pour devenir un vaudeville noir. Cette histoire banale, devenue un Feydeau sanglant, oscille entre le drame et une tragédie à la Cocteau. Une machine infernale est en marche et les protagonistes sont emportés dans un engrenage terrifiant malgré leur volonté égoïste d’améliorer leur propre situation.

 

A la fin de la projection, nous avons la chance d’écouter le réalisateur, Lou Ye, nous parler de son film. Le film étant un thriller, je tairai tous les éléments dévoilant une partie de l’intrigue.

Le film est dur, violent et présente une scène de viol. Il paraît étonnant à un public français que ce film n’ait pas été censuré en Chine. Lou Ye nous explique qu’il existe en effet deux versions du film, une française et une chinoise, mais que les différences sont légères et qu’on peut bien parler d’un seul et même film. Evidemment, le public demande un exemple précis, que Lou Ye nous livre : la scène de viol a été raccourcie. Autant dire supprimée selon moi, la scène durant dans la version que nous avons vue moins d’une minute. Mais le plus intéressant n’est pas là. Ce sont les explications des censeurs pour justifier cette coupe qui font sourire : ils ont en effet expliqué qu’un homme en colère est physiquement incapable de faire l’amour à sa femme – notons au passage l’amalgame entre l’amour et le viol, mais passons – autrement dit que la colère empêche les Chinois d’avoir une érection. Nous attendons toujours l’étude scientifique qui étayera cette nouvelle thèse communiste, et qui sera probablement publiée dans la presse scientifique américaine. Restons aux aguets !

 

Les considérations éthiques superficiellement abordées, on peut applaudir l’esthétique très réussie du film, à commencer par la bande originale qui présente principalement des groupes indépendants chinois. Outre son goût pour ce genre de musique, la volonté du réalisateur était de présenter de façon réaliste l’ambiance de la Chine actuelle. Pour les costumes, l’équipe a fait appel à de jeunes créateurs chinois qui ont apporté leur aide et leur savoir-faire, contribuant ainsi à créer une réelle unité visuelle. Cette dernière est également le fait du directeur photo Zeng Jian, avec qui Lou Ye collabore depuis plusieurs films. Les plans rapprochés sur les visages et le suivi des regards des acteurs accentue le sentiment d’oppression qui parcourt le film.

 

Les acteurs jouent avec une grande justesse. Lou Ye nous révèle le fil rouge de sa méthode de travail : l’improvisation. Les acteurs découvrent leur environnement au moment du tournage, comme on découvre la vie au fur et à mesure qu’elle se présente à nous.

 

Le film sort en salle le 20 mars 2013. Si vous n’aimez pas le cinéma chinois, c’est l’occasion de vous réconcilier avec lui. Si vous l’aimez déjà, n’hésitez pas et courrez-y !

 

http://www.allocine.fr/video/player_gen_cmedia=19476796&cfilm=206428.html

 

3 réponses à “Mystery dévoilé

  1. Je suis dans le premier cas, et je dois dire que ça fais envie ! Surtout le « je tairai tous les éléments »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s