Bibliothèque: Flying Lotus


Par Imthefridge

Dans l’App’art je commence à inquiéter les colocs, qui entendent des bruits étranges sortants du frigo dès qu’ils y stockent un peu de nourriture. Le lendemain, j’ai invariablement transformé ce qu’on y a mit : Soda&Gomorrhe avait rangé ses précieuses bouteilles de limonade dans ma porte et le lendemain je les avais accouplées à des choux, créant ainsi un Frankeinstein culinaire : Le Choux-epps. Je me suis malheureusement fait volé la recette, sans quoi je serai aujourd’hui milliardaire. Bref, j’expérimente dans tous les domaines, et je tombe sur ça :

Si un nom de la scène electro/hip-hop doit être retenu pour les années 2000 jusqu’à nos jours, Flylo est certainement sur la liste.

Vivant très probablement dans un monde parallèle, il crée des failles spatio-temporelles pour nous rendre visite périodiquement, de façon à nous laisser un album, à donner un concert, et à repartir ensuite sur sa planète. Pour l’avoir vu en concert, je vous assure que cela vaut le détour, entre la mise en scène exemplaire (on lui installe un écran semi-translucide qui fait défiler des motifs psychédéliques, déformés par les variations musicales), son cocasse jeu de scène, il se démarque de la médiocrité ambiante.

Dans son monde parallèle, disais-je, le garçon se dirige au sonar, s’inspirant de tout ce qui peut s’apparenter à du bruit ou de la musique, le remix, le compacte, le tord dans tous les sens, l’assemble et ça donne des OMNI (Objets Musicaux Non-Identifiés) et des OVNI (Objets Visuels Non Identifiés) :

Fait intéressant : C’est le petit-neveu du légendaire saxophoniste John Coltrane, on peut donc supposer que son entourage a favorisé l’intérêt du garçon pour la musique et surtout pour la recherche musicale. A l’instar de son prestigieux aïeul, il est partit très très loin de nous, mais c’est aussi en brisant les frontières qu’il nous touche.

Il sait également donner dans un style préexistant, tout en y ajoutant une saveur très Lotussienne. Le voici en funambule sur de la House Music :

Et ce qui fascine chez ce garçon, c’est qu’il arrive à donner un élan, un souffle à ses morceaux, une intemporalité. Un mystère est soulevé chaque seconde, on se demande toujours quelle direction il va prendre, sa musique requiert à la fois attention et détachement, c’est de l’original, pas de la musique-recette.

Je ne pourrais que vous conseiller d’écouter plusieurs de ses disques, et quand je dis écouter, je veux dire écouter, de nos jours on n’écoute plus la musique pour elle-même, on est toujours en train de travailler avec un fond sonore, de marcher avec ses écouteurs, de lire le journal,… Mais quand avez-vous pris le temps de vous allonger après avoir lancé un album, de vous laisser porter par les sinusoïdes ? Faites-le avec Flying Lotus, vous ne serez pas déçu.

Mais chuuuuuuuuuuuuuut, c’est un secret ! Lotus et Bouche cousues !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s