Métamorphoses à la Galerie Laure Roynette


Par Schmilblicq

Et voilà qu’une nouvelle année commence ! Je vous la souhaite excellente, et pleine de belles découvertes. Mais je me mets aussi à votre place : cette fin d’année à été abondante en grands crus (ceux de Nadja Spiegelman ou bien de Philippe Decouflé), et en mets délicieux (chez Edward Hopper ou encore Michaël Gregorio). Maintenant, les estomacs se reposent et digèrent toute cette nourriture culturelle 2012. Pas facile de démarrer 2013 pour de nouvelles aventures…

Laissez-moi donc vous retenir quelques instants, pour vous parler d’une exposition à la fois brute et pleine de poésie qui se tient à la Galerie Laure Roynette jusqu’au 23 février. Métamorphoses. Voilà un titre qui parle de lui-même, n’est-ce pas ? Il évoque cette image à la fois épique, qui nous propulse directement chez Ovide, et matérielle, par la transformation généralement surprenante qu’il engendre. Ce n’est pas sans référence ni attente que l’on va voir des métamorphoses. Celles-ci sont d’autant plus ambitieuses qu’elles font cohabiter trois artistes dans 50m². Ce qui les réunit ? Le temps. Ou plutôt devrais-je dire l’intemporalité. Rappelez-vous : Narcisse qui se transforme en fleur, Actéon en cerf, etc… Tous échappent à la mort, et surtout, au temps qui passe. Nos trois artistes, comme les trois Parques, dirigent le temps : Alain dessine, Marion peint, et Charlotte brûle.

Le premier trace à la même échelle d’immenses roches marines, comme de tout petits galets, en les reproduisant sur papier avec de la pierre noire. Le matériau semble on ne peut mieux choisi pour s’abîmer dans cette complexité minérale, et se confronter à la perte de repères. On peut distinguer dans les ombres rocheuses des têtes de morts ou des corps de femmes, comme piégés par le temps. Une sorte de vanité ? On se retrouve dans le sens inverse de la poésie d’Ovide : on cherche à rendre vivant et mortel ce qui est sans âge ni âme.

Alain Deswarte-1

La seconde travaille d’après des photos prises à Naples à Beyrouth. Pourquoi ces villes ? Parce que Marion y a trouvé des lieux qui concentrent à eux seuls toutes les temporalités. Elle joue sur la superposition pour obtenir des paysages à la limite de l’abstraction. Elle nous montre un lieu, transformé par le temps, tel qu’il a été, tel qu’il est, et tel qu’il sera. Mais l’artiste peut-il prévoir l’avenir ? Connaissant le passé et le présent, peut-il nous conduire à ce qui arrivera ? Il y a là, un processus que nous refusons obstinément de nous figurer. Marion l’amène comme une évidence. La présence humaine semble à la fois naissante et obsolète ; la nature est omniprésente. On y voit Daphné se libérant d’Apollon.

 Marion Davout-1

La dernière réalise des dessins au charbon de bois dans l’espace. Le wall drawing est son affaire, et par ce moyen, elle extrude le dessin dans l’espace. Ici, c’est au charbon brut que nous avons affaire, développé dans les trois dimensions. Il n’est plus un instrument, mais l’œuvre elle-même. Par le feu, la transformation est définitive, et la matière reprend ses droits sur l’artiste. Après un voyage au pays du minéral, nous voici dans l’inspection du végétal, fissuré par le feu. Ce bois d’un noir intense nous présente-t-il un état de la mort, ou est-il simplement protégé pour toujours des marques du temps ?

 Charlotte Pringuey Cessac

C’est un véritable voyage à travers le temps et l’espace qui nous est proposé par Marion Davout, Alain Deswarte et Charlotte Pringuey Cessac. Ils nous offrent une vision du monde que nous ne sommes pas capables de voir seuls, et que leur art rend visible d’une façon très simple. Si l’on y est attentif, on peut même apercevoir que ces œuvres, métamorphosées et vivantes grâce aux artistes, nous métamorphosent à leur tour. Alors laissons-les faire.

Métamorphoses à la Galerie Laure Roynette, entrée libre, jusqu’au 23 février.

Dossier de presse

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s