Nowhere de Julien Pacaud par la Quarks Gallery


Par Zadiggidaz

« Nowhere », 50x70cm, Tirage numérique sur papier Fine Art Hahnemühle, Exemplaire unique signé, 2012

À mi-chemin entre Pop Art et Surréalisme, Julien Pacaud propose des collages graphiques mais pas arbitraires. Jusqu’au 13 Octobre, la Quarks gallery propose une exposition des dernières œuvres de l’artiste au 32 Rue Rodier à Paris.

À l’origine étudiant en Cinéma à l’école Louis Lumière, l’artiste se dirige finalement vers l’illustration qui lui permet, grâce à sa connaissance de l’univers du cinéma et de l’histoire de l’art, de redéfinir les codes de la figuration au sein d’œuvres originales et graphiques. Le procédé paraît simple : grâce à un logiciel de retouche informatique l’illustrateur procède à ses « collages » en reprenant des extraits de films rétro qu’il assemble au sein de paysages aux accents lunaires, quasi fantastiques et souvent « pop ! ». Loin d’être arbitraires, ces collages qui reprennent le langage cinématographique populaire bouleversent les codes de l’Histoire de l’Art. Entre figuration et abstraction, cohérence et surréalité, les œuvres de Julien Pacaud réconcilient presque le public amateur avec l’art contemporain parfois trop intellectuel et souvent incompris. A l’image du Pop Art des années 60, Pacaud fait appel à notre conscience collective. En effet, l’artiste utilise, manipule, détourne même des références cinématographiques qu’il met en scène, attirant ainsi notre attention sur des faits de société contemporains comme la situation économique mondiale, le rôle des grandes puissances ou le pouvoir des médias.
En somme, l’œuvre de Julien Pacaud est fine et pertinente : démystifiant l’esthétique surréaliste, il actualise le Pop Art en l’adaptant à des problématiques contemporaines.

Alors, « New Pop Art » ou « Néo-surréalisme » ? Quoi qu’il en soit, Julien Pacaud redéfinit les codes de la figuration si longtemps mis de côté et nous réconcilie avec l’univers très élitiste des galeries. Qu’il est bon de comprendre le message d’artistes engagés sans avoir à s’insérer dans un monde fermé qui n’est souvent pas le notre !
Cette expo s’adresse à tous, qu’on soit amateur invétéré ou, au contraire, frileux des galeries. Le plus, c’est que si vous en avez envie, vous pouvez acquérir une de ces œuvres pour trois fois rien ! Précipitez vous ! C’est jusqu’au 13 octobre…

Plus d’infos ici :

http://quarksgallery.com/blog/quarks/2012/08/20/exposition-nowhere-de-julien-pacaud-en-septembre/

http://www.julienpacaud.com

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s