Documenta (13) : un moment historique


Par Flocons

En cette chaleur et ce bel été, comme je l’ai promis, je suis partie parcourir les différentes manifestations d’art contemporain en France et ailleurs. Et, comme nous ne sommes pas chauvins à Être App’art, commençons par ce qu’il se passe ailleurs.

Tous les cinq ans, se déroule la Documenta à Cassel en Allemagne. Créée en 1955, elle permit d’aider à la reconstruction de l’Allemagne après la Seconde guerre mondiale. La Documenta est une manifestation d’art contemporain bien à part puisqu’elle dispose d’un budget stable à chaque édition, ce qui lui permet d’être complètement indépendante vis-à-vis du marché de l’art. Très connue dans le milieu de l’art pour la qualité de ses œuvres et des réflexions menées pendant les trois mois de son déroulement, Documenta est LE rendez-vous incontournable des branchés de l’art contemporain.

Princesse de Bactriane

Je décide donc de passer un été branché et de parcourir les différents lieux de cette manifestation bien à part. Cinq lieux principaux et d’autres, périphériques, organisent le parcours dans toute la ville. Le visiteur commence par le Fridericianum, sur la Friedrichplatz au centre de Cassel. Ce bâtiment du XVIIIe siècle doté d’une imposante façade à colonnes a été un des premiers musées publics d’Europe occidentale. Servant à conserver des archives, il est aussi utilisé pour des expositions temporaires d’art contemporain et spécialement pour la Documenta tous les cinq ans. La commissaire Carolyn Christov-Bakargiev (croisée lorsque je visitais l’exposition le premier jour!) a voulu créer un espace central intitulé « le cerveau » au cœur du Fridericianum.

Lee Miller dans la baignoire d’Hitler en 1945

Les différentes réflexions et directions de cette manifestation sont rassemblées dans cet espace derrière une vitre de verre. À relever : les célèbres princesses de Bactriane, dont neuf sont exposées dans le cerveau, et les autoportraits de laphotographe et modèle Lee Miller pris dans la baignoire de la maison d’Adolf Hitler. Ces deux œuvres montrent les deux orientations de Documenta (13) : le passé nazi jamais oublié et le futur symbolisé par ces princesses faites en plusieurs parties mais constituant un tout, une solidarité nécessaire dans un monde où la technologie prend parfois le dessus.

Mes quatre coups de cœur

Janet Cardiff et George Bures Miller: Alter Bahnhof Video Walk

Laissez-vous juste porter par cet ipod que vous avez en main dans la gare et par la voix de l’artiste. J. Cardiff et G. Bures Miller sont connus pour leurs travaux qui transforment la perception que l’on peut avoir de notre environnement à travers l’utilisation d’images et de sons. Ici, nous sommes dans la gare de Cassel. Nous avons pu emprunter un ipod et nous suivons les instructions de Janet Cardiff qui nous dit de tourner l’écran et de la suivre dans son cheminement. Nous sommes sur les lieux du tournage qui fut réalisé quelques mois plus tôt. Les deux réalités se confondent. Nous voyons partir sur les quais de la gare les trains pleins de prisonniers à destination des camps de l’Allemagne nazie. 1945, il y a quelques mois et aujourd’hui se mélangent et nous sommes happés!

Tino Sehgal: This Variation

Pas de titre, pas de documents. L’artiste Tino Sehgal fait de plus en plus parler de lui par le fait qu’il ne laisse aucune trace. Ses œuvres sont essentiellement des performances incluant le public et des acteurs. La plupart du temps, les visiteurs de ses exposition ne savent pas à quoi s’attendre. En 2010, il expose au Guggenheim de New York et fait scandale. Dans l’immense bâtiment, il n’y a rien à part trois acteurs venant poser des questions aux visiteurs. Perturbant! Sehgal pousse au paroxysme le principe de l’art relationnel qui se développe dans les années 90 consistant à privilégier les relations avec le public. Après chaque performance ou exposition il ne reste rien, pas de photos, pas de documents, pas d’explications. Les transactions pour acheter ses œuvres se font de vive voix en présence de l’artiste et sans preuve écrite. L’artiste donne les instructions pour rejouer la pièce mais ce sera tout ce que pourra obtenir le propriétaire de l’œuvre. C’est en feuilletant le catalogue que j’apprends donc la présence d’une œuvre de l’artiste à Cassel. Le lieu est juste indiqué, rien de plus. Je cours, je vole! Je vais enfin pouvoir faire l’expérience d’une œuvre de Tino Sehgal!

Bilan : merveilleux! Je suis rentrée dans une salle noire et je me suis laissée porter. Des gens chantaient tout autour de moi puis un homme danse avec moi, nous finissons la danse enlacés. Un moment éphémère de tendresse. Je ressors, tout est fini. Bouleversant!

Jérôme Bel: Disabled Theatre et 2 voices

Le chorégraphe Jérôme Bel s’intéresse depuis le début de sa carrière à ce qui est en jeu dans la représentation. Lors de l’exposition « Danse sa vie » au centre Pompidou cette année, il présentait sa vidéo « The show must go on » dans laquelle des gens dansent sur scène en fonction des paroles de la musique. Sur la chanson « Move it » par exemple, les danseurs bougent chacun quelque chose dans leurs corps suivant les injonctions de la musique. Extrait :

Pour la Documenta, il présente deux vidéos qu’il a réalisées avec des handicapés mentaux du théâtre HORA à Zurich. Il met ainsi en avant l’handicap sans qu’il soit mis à l’écart ou caché sous l’écran du politiquement correct. Une jeune femme et un jeune homme dansent sur une scène, devant la caméra, tout simplement. Très intéressant.

Tacita Dean: Fatigues

L’artiste a présenté quelques œuvres à Kabul, où sont aussi exposées des travaux de la Documenta comme au Caire. Elle présente en même temps à Cassel des dessins à la craie de montagnes et de rivières d’Afghanistan. Ces dessins sont vraiment magnifiques! Disposés autour de la cage d’escalier d’une ancienne banque, l’image est frappante!

Les découvertes

Zanele Muholi: Faces and Phases

Le travail de l’artiste sud-africaine, qui se définit comme une « activiste visuelle »,  se focalise sur la communauté des femmes homosexuelles mais aussi des transsexuels et des bisexuels. Elle essaye de pousse à améliorer les conditions des lesbiennes en Afrique du Sud en changeant le regard que l’on porte sur elles. Pour Documenta, l’artiste expose de très beaux portraits en noir et blanc ainsi qu’une vidéo où elle suit et interviewe des femmes homosexuelles ayant été agressées. En Afrique du Sud, certains hommes pensent qu’en violant des femmes lesbiennes elles deviendront hétérosexuelles. Un reportage poignant et de très belles images!

Kudzanai Chiurai: Untitled VII 

L’artiste zimbabwéen est lui aussi très engagé. Depuis l’arrivée du président Mugabe au pouvoir, il trouve que la situation dans son pays s’est dégradée et essaye de pousser les habitants de son pays à élever la voix. Ayant fait une affiche présentant le nouveau président avec des cornes et entouré de flammes, l’artiste a dû s’exiler de son pays pour habiter dans un pays voisin mais il continue ses actions militantes. Pour Documenta, il présente sa vision moderne de la Cène.

J’espère que toutes ses œuvres vous ont donné envie de filer en Allemagne. Documenta a encore lieu jusqu’au 16 septembre, profitez-en!

Et pour la route, un son, une pièce: ‘Til I get it right (amended), C.Floyer

Une réponse à “Documenta (13) : un moment historique

  1. Wah la voix de Janet est résolument envoûtante. Merci Flocon pour ce partage. La superposition des deux expériences — spectateur et marcheur– qui cohabitent sans se contredire me plaît beaucoup. De même, bien que les déportations se trouvent clairement évoquées, elle n’entre pas dans le pathos et questionne finement la double expérience du lieu –son usage quotidien– et son « idée » : douloureux épisode de l’histoire du pays.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s