Coup de Bauhaus dans le boudoir : Raf Simons sur le trône de Galliano.


Par Zadiggidaz

Ça y est, après plus d’un an d’intérim de Bill Gayten et quelques sueurs froides chez LVMH suite aux frasques racistes de Galliano; la relève est assurée chez Dior depuis le 9 avril où, il y a quelques semaines, Raf Simons présentait son premier défilé couture en temps que directeur artistique.

Suite à quatre collections « ode aux petites mains et au travail artisanal », la maison pose enfin un visage sur sa marque et il était grand temps! Difficile cependant de passer derrière l’impétuosité baroque du couturier de génie dont le nom est désormais proscrit, surtout lorsqu’il a dirigé la maison Dior d’une main de maitre et lui a insufflé depuis près de 10 ans comme une hystérie créatrice inimitable.

Décevant en effet, de voir qu’à l’excentricité « so british » de Galliano, succède la froideur « Bauhaus » du belge Raf Simons. Alors que la plupart clament le retour aux valeurs fondatrices de la griffe, ses formes très fifties et sa silhouette « new look » ; on assiste plutôt au sempiternel retour des basques, tailleurs et autres jupes évasée à mis mollet; en noir et blanc bien sur! Sinon ce ne serait guère assez Dior, ni même assez « simonesque ». En somme, c’est à une collection très « Dior 50’s » que nous avons affaire, modifiée par les délire très Bauhaus et 90 du couturier héritier de la « nouvelle » école Belge, de Margiela, Ann Demeulmesteer et j’en passe.

Ne serait-il pas temps de passer à autre chose?

Certes, en période de crise, le Vintage est une valeur sûre. .. quoique, sur la planète Dior, la crise n’existe pas. Le couturier belge, qui dit « abhorrer le vintage », semble pourtant s’effacer derrière l’héritage écrasant de ce qui a fait la gloire de Monsieur Christian Dior … en 1947! Bon allez, on lui donne une chance de faire ses preuves, après tout, ce n’est que sa première collection mais, « please Mister Raf », continuez de nous étonner comme la maison Dior n’a eu de cesse depuis les années 50.

L’heure semble donc aux changements dans la sphère mode parisienne. Après le discret départ de Carine Roitfeld  de chez Vogue France et la chute vertigineuse de Galliano, voici le grand retour d’Hedi Slimane à la couture chez St Laurent tandis que Raf Simons fait de discrets débuts chez Dior. Affaire à suivre donc…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s