De Rouille et d’Os: le corps et ses blessures


(ndlr: écrit avant la fin du festival de Cannes)

 La projection du film De rouille et d’os de Jacques Audiard au festival de Cannes a été applaudi pendant 8 minutes au lendemain de sa sortie. Tourné entre Nice, Antibes et Cannes : un appel à la palme ? Il y a trois ans déjà, Jacques Audiard recevait le Grand prix du Jury sur la Croisette pour son film Un prophète. Un scénario de nouveau perturbant et des personnages une fois de plus marginaux, mais ça, on n’a jamais fini d’en faire le tour. Les personnages sont ancrés dans un milieu plus vrai que nature, un peu à la manière d’un reportage.

Bien loin du tapis rouge, je m’y aventure.

Un accident tragique, une rencontre improbable : voilà un point commun à beaucoup de scénarios. Les intouchables sont de retour ! Oh oui, les intouchables selon Audiard. Dès le départ, on nous donne en pâture deux personnages meurtris, laissés au hasard de la vie. Que pouvons-nous donc en faire ? Les faire se rencontrer, bien sûr. Oui, mais dans une relation pleine d’ambiguïté, tout en restant la plus simple du monde. La sexualité ensuite, sans aucun tabou, évoqué par un mot vide de sens. La pitié est absente et l’amour presque inexistant jusque dans les 5 dernières minutes. C’est un peu comme cuisiner pendant de longues heures avant d’en goûter enfin la saveur. Cette fin est une explosion d’émotions, reçu par le spectateur comme une confidence, un aveu. Moi je vous le dis, Audiard nous a préparé un cocktail de douceur et d’harmonie, dans un shaker de simplicité et d’envie.

Dans ce film, le corps est un sujet-clé : la violence est présente, mais atténuée par des ralentis ou par la bande son. Le handicap, bien sûr, mais toujours cette dualité entre handicap physique et sentimental. Au final, jambes d’os ou jambes de rouille, là n’est pas l’importance ! Le titre correspond bien à l’aspect mécanique du corps humain qu’il faut sans cesse alimenter par de l’espoir pour continuer d’avancer. Au-delà de la rencontre entre le grand sportif idéal et l’amputée, c’est surtout le choc entre le père malgré lui au cœur de pierre et la femme fragile mais sûre d’elle. Sport, rééducation ou sexualité touchent le sujet de la beauté, la beauté simple qui fait sortir les personnages de leur comportement parfois bestial.

Marion Cotillard a réussi à transmettre cette beauté, de par ses premiers pas sur le tapis rouge, c’est certain. Pourtant, son rôle est paradoxalement aux antipodes de ce que l’on peut juger beau. Elle a su jouer sur la fatigue dont elle héritait après le tournage de Batman, et s’est inventée la démarche de la boiteuse. Et oui, les rôles de femme fatale lui allaient bien, mais elle se montre ici sous un autre jour. Quelque chose, de plus proche et qui, à mon goût, révèle tout son potentiel artistique. Elle trouve en face le répondant de Matthias Schoenaerts (aussitôt embauché pour le premier film de Guillaume Canet). En voilà un acteur passionné ! Ce qui le distingue d’un autre ? L’absence du côté « m’as-tu-vu » de beaucoup trop d’acteurs, surtout lorsqu’on est sur le tapis rouge. Je le cite : « Quand je suis amoureux d’un projet ou d’un rôle, moi je suis prêt à tout ». Et dans sa vision de Jacques Audiard : « Il veut l’absolu Jacques, il veut la total ». Que dire de plus sur un acteur qui répond Socrate quand on lui demande si un texte l’accompagne… Ca se passe de tout autre commentaire, y’a plus qu’à courir voir ce film !

La complicité de ces deux acteurs et leur détachement ont gros à jouer pour ce 65e festival de Cannes. Reste à voir si la french touch du festival sera préférée aux Américains de Cosmopolis (David Cronenberg), de On the road (Walter Salles), ou encore Moonrise Kingdom (Wes Anderson), entre bien d’autres évidemment !

Une réponse à “De Rouille et d’Os: le corps et ses blessures

  1. « a été applaudit »
    « Les personnages sont encrés »
    … Ca fait déjà beaucoup de fautes d’orthographe…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s