Matisse – Paires & Séries au Centre Pompidou


par Zadiggidaz

Depuis le 7 mars et encore jusqu’au 18 juin se tient à Beaubourg l’exposition Matisse- Paires & Séries, et il est grand temps qu’elle se termine ! Gros bémol pour cette exposition qui ne m’a personnellement pas emballé. Si l’exposition part pourtant d’une bonne intention (et l’on sait combien la logique des séries est importante dans la peinture avant-gardiste du XXe) elle se révèle cependant très décevante et relève plutôt d’un important coup médiatique que d’une véritable exposition. En effet, il est possible que le nom seul soit à l’origine de l’affluence en dépit du contenu qui est relativement pauvre : avant même d’entrer, une importante chronologie récapitule les évènements importants de la carrière de Matisse – comme pour faire saliver et patienter les nombreux visiteurs affluents à l’entrée de l’exposition … – mais une fois à l’intérieur, seulement trois cartels explicatifs pour près de 70 œuvres et rien d’autre.

Le contenu, quant à lui, semble aussi pauvre que ses explications. Si l’on note la présence de quelques chefs d’œuvre comme Luxe I ou encore le fameux Luxe Calme et Volupté dans sa version pointilliste ; l’on remarque aussi la prégnance américaine à travers l’exposition de nombreuses œuvres du MOMA de New York. En dépit de l’importance des prêts américains, l’on remarque l’absence de tableaux aussi importants que la seconde version de Luxe Calme & Volupté – ce qui n’aurait pas été de trop au sein d’une exposition sur les séries – ou encore l’absence totale d’œuvres réalisées par l’artiste durant l’été 1905 à Collioure où il peignit, aux côtés de Derain, d’importantes séries de scènes d’intérieur et de vues du port et de la plage. Passons les insipides scènes d’intérieur bourgeois issues de sa période décorative qui n’ont véritablement aucun intérêt à l’égard des œuvres manquantes précédemment citées.

M’attendant à une interminable succession des différentes versions des chefs d’œuvres de l’artiste, j’ai été particulièrement surpris (soulagé peut être) par la rapidité avec laquelle l’exposition se clos : à peine 4 salles vite parcourues et c’est déjà fini ! Heureusement, l’exposition se termine par une note positive puisqu’elle se clôt sur les formidables nus bleus qui semblent ici rattraper le niveau assez médiocre de cette exposition.

En somme, une exposition qui n’attire que par l’artiste qu’elle célèbre mais qui se révèle assez décevante car trop peu représentative du réel travail de Matisse et qui, par la même occasion, pose la question de l’essoufflement du Centre Pompidou qui, ici, semble briller par l’absence d’originalité et d’implication de sa programmation.

L’exposition Matisse – Paires & séries c’est :

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s