Bibliothèque: Les Gaulois à la Cité des sciences


par Heimfell

Aujourd’hui nous allons revenir sur le phénomène de  la rentrée  2011: les Gaulois. Et oui, depuis quelques mois, on les voit régulièrement dans le métro, dans les pages de certains périodiques (parfois même en couverture). Sûrement la faute à la Cité des Sciences qui organise depuis le 19 octobre dernier une exposition sur le sujet.

Une fois passé le Mordor que représente le hall de la Cité des Sciences avec ses hordes d’enfants en maraude et son personnel plus que pointilleux sur l’horaire du billet d’entrée, on arrive enfin à l’espace d’exposition pour entrer dans le vif du sujet. Tout d’abords un aperçu de la perception des Gaulois à travers les siècles de César jusqu’à Uderzo et Goscinny. On se balade donc au milieu de divers tableaux, sculptures et affiches qui montrent les gaulois craints, oubliés, ressuscités, utilisés et que leur image, toute relative au fil du temps, peut encore être amenée à changer.

La deuxième partie intitulée « de la fouille au laboratoire » présente les Gaulois de manière archéologique, en présentant certaines techniques employées lors des fouilles ainsi que les découvertes de ces dernières à travers sept ateliers chacun centré sur un sujet allant de l’habitat à l’agriculture ou l’artisanat. Les présentations sont très interactives avec quelques films, des maquettes ou des mini jeux. Un passage très ludique donc, qui est un peu la signature de la Cité des sciences.

La suite est constituée d’une partie exposition pure et dure avec la présentation de nombreux objets du deuxième âge du fer. Tous les sujets sont abordés que ce soit la guerre, le culte, l’artisanat ou l’aristocratie. Les objets sont bien choisis et on peut voir de nombreux « chefs d’œuvres» de l’art celtique comme le chaudron de Gundestrup ou le casque d’Agris. Malheureusement la plupart de ces pièces exceptionnelles sont des reproductions, les conditions de prêt à la Cité des sciences étant apparemment hasardeuses. Seul à avoir fait le déplacement « pour de vrai », le trésor de Tintignac (composé de deux carnyx de bonne taille et d’un casque) est figuré en bonne place dans l’exposition et à lui seul vaut le déplacement.

Un des carnyx de Tintignac

La projection d’un film  intitulé Légères perturbation en Centre-Gaule clos l’exposition. Il retrace de manière humoristique le voyage d’un gaulois jusqu’à Bibracte, oppidum des Eduens (où est d’ailleurs installé aujourd’hui un centre archéologique européen) juste avant le début de la guerre des Gaules. L’essentiel des choses à savoir sur la société gauloise y est évoqué en une petite quinzaine de minutes.

Au final l’exposition rempli bien son rôle de vulgarisation est permet de tordre le coup à pas mal d’idées reçues et résume l’état des connaissances sur le sujet appuyées par 30 ans d’archéologie.

Gaulois, une exposition renversante !, jusqu’au 2 septembre 2012 à la Cité des sciences

Plus d’informations sur le site de l’exposition

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s